Voyager demain, autrement

Je me considère comme jeune – 28 ans c’est jeune non ? Et surtout je pense faire partie d’une génération – parfois nommée « génération Y » – qui inscrit son existence dans un monde globalisé, où les frontières sont largement et facilement abolies, survolées, dépassées. Nous sommes, d’ailleurs, nombreux à avoir profité de plusieurs mois d’études ou de stages à l’étranger dans le cadre de notre cursus universitaire. Pour ma part, j’ai eu la chance de vivre dans la ville de Hans Christian Andersen et de sa petite sirène : Copenhague. Et c’était froidement génial ! Nous sommes donc souvent des globe-trotters, curieux du monde qui nous entoure, attirés par les autres cultures – parfois proches, parfois lointaines – et insatiables de découvertes.

J’aime voyager. L’article – à retrouver  - dont je souhaite vous parler aujourd’hui a donc attiré toute mon attention. Comme le dit son titre, il recense dix startups récemment créées et qui poursuivent un objectif : imaginer et proposer de nouvelles façons de voyager.

Evidemment, les outils de réalité virtuelle sont en bonne place pour nous offrir sans le moindre déplacement des expériences culturelles enrichissantes. OFabulis dont j’avais pu découvrir le projet au Festival Futur en Seine 2014 travaille déjà avec le Centre des Monuments Nationaux pour proposer des visites de nos grands monuments (Panthéon, nos magnifiques châteaux…) sans sortir de chez vous.

Des dix startups recensées dans cet article, deux ont attiré mon attention : GlobeWhere et Cookening.

La première – dont vous pouvez trouver le site internet ici – propose des échanges d’informations et d’expériences pour planifier au mieux un voyage. Et je dois dire, qu’après avoir parcouru les conseils sur les pays lointains que j’ai déjà visités (Vietnam, Cambodge, Laponie…), leur site est riche et intéressant. Il met intelligemment en musique les possibilités de collaboration et de partage que nous offrent aujourd’hui les technologies numériques.

La seconde est une plateforme qui reprend l’idée du « couchsurfing » non plus pour les nuits mais pour les repas – c’est mon côté gourmande et cuisinière. L’idée est simple : partager un repas traditionnel chez l’habitant. Un délicieux pot au feu dans l’hiver parisien, un succulent smorrebrod avec une agréable danoise, un savoureux pho chez un vietnamien souriant… J’en ai déjà l’eau à la bouche. Pas vous ?

Bref, voilà de quoi préparer de futurs beaux voyages et de belles nouvelles expériences grâce aux innovations digitales.

The future trips are exciting…

 

Laisser un commentaire