Minecraft, bien plus qu’un jeu vidéo : une nouvelle pédagogie

Plateforme de jeu vidéo, Minecraft permet à ces utilisateurs de créer des mondes virtuels en 3D en construisant à base de cubes pixélisés empilés. Vous êtes dubitatifs sur l’intérêt de ce jeu ? Sachez qu’il est utilisé par plus de 54 millions de joueurs : ce qui en fait l’un des jeux vidéos les plus diffusés au monde. Il a aussi séduit Microsoft, qui l’a racheté pour 2,5 milliards de dollars. Vous commencez à prendre cet article au sérieux ? Tant mieux. La suite va finir de vous convaincre.

Minecraft1

Un jeu vidéo déjà utilisé à des fins de médiation culturelle

Depuis quelques temps déjà les institutions muséales ont compris l’intérêt pédagogique et créatif de Minecraft. Les britanniques sont précurseurs en la matière. Des ateliers et événements autour de ce jeu vidéo ont été organisés dès 2013 au Victoria & Albert Museum.

En septembre 2014, le British Museum a annoncé qu’il allait bientôt être construit en version numérique et par le public dans le jeu vidéo.

En novembre de la même année, le Tate est allé plus loin en lançant le projet « Tate Worlds ». Ce projet a incité des joueurs de Minecraft à réinventer les tableaux de la collection dans l’environnement et avec la technologie du jeu vidéo. Inédit, il a visé à intéresser de nouveaux publics notamment jeunes au musée. Ces derniers ont pu alors explorer et appréhender les œuvres avec des mécanismes technologiques qu’ils maitrisaient et appréciaient déjà.

 

Plus récemment, c’est un musée français, le Muceum, qui est rentré dans Minecraft. Une jeune étudiante en a pris l’initiative. Elle a modélisé en 3D le musée dans le jeu, et cela de manière extrêmement fidèle, comment vous pourrez le constater ici.

Les bibliothèques se sont aussi emparées du jeu pour solliciter l’imagination des adolescents (et des plus grands) : ateliers de découverte, animations plus poussées, mise à disposition des jeux, jeu concours… La bibliothèque Annie Schwartz de Lyon 9e, en partenariat avec des élèves de 4e du collège Victor Schoelcher, a par exemple utilisé le jeu de construction 3D pour reconstituer une partie de l’univers d’un de leur roman préféré, Tobie Lolness de Timothée de Fombelle.

Ainsi, Minecraft permet dans ces lieux culturels :

• d’attirer de nouveaux publics,

• de transmettre des savoirs par l’interaction et la narration ludique,

• de favoriser la participation du public à l’expérience de visite.

 

Minecraft pour co-imaginer la ville de demain avec ses habitants

Le jeu est aussi progressivement utilisé par des élus qui engagent des démarches innovantes de conception de leurs villes avec les habitants. C’est le cas par exemple de Rennes qui, comme l’indique le compte twitter @Rennescraft, souhaite « construire ensemble la ville comme terrain de jeu dans Minecraft ».

Rennescraft

Source : Rennes Métropole

Ce jeu est ainsi utilisé comme un outil de médiation entre les élus et les habitants joueurs qui, en imaginant des mondes virtuels, formulent aussi leurs idées, leurs attentes pour le futur de la ville.

Pour ma part, j’ai testé son intérêt et son efficacité sur un projet que nous menons au sein de l’agence Retiss. Il s’agit de concevoir avec les habitants de Theix (petite ville rurale du Morbihan) un nouvel équipement culturel. La démarche a début en mai dernier par une grande journée d’ateliers participatifs (vous trouverez les photos ici et le contenu détaillé ) où nous avons utilisé Minecraft auprès des jeunes contributeurs. Après avoir construit leur propre ordinateur Kano, les jeunes Theixois se sont emparés du jeu vidéo accessible à partir du Kano pour commencer à construire leur monde imaginaire. Le sens de cet atelier était double : d’une part comprendre les usages des jeunes habitants pour penser un futur équipement culturel en adéquation avec ceux-ci et d’autre part, utiliser le jeu comme prétexte à l’émergence d’idées et comme source de créativité pour leur participation à la réflexion collective.

 

Ainsi, ce jeu de construction virtuel, inspiré des Lego, propose aux joueurs de construire leur environnement en ligne, seul ou de manière coopérative. C’est une formidable plateforme ludique et simple qui stimule la créativité, l’imagination, la collaboration.

Son utilisation comme outil de médiation efficace et innovant a été détaillée ci-dessus. Nul doute que l’ouverture récente du site Minecraft Education – dispositif adapté du jeu pensé par des enseignants – apportera des nouvelles perspectives intéressantes pour utiliser ce dispositif à des fins éducatives et pédagogiques.

C’est scientifiquement prouvé, le plaisir de jouer facilite l’apprentissage, l’assimilation d’information et la compréhension. C’est ce qui explique l’essor considérable des « serious games » et des processus de « gamification » dans la vie quotidienne.

L’Education nationale française devrait sérieusement s’y intéresser. Et se rappeler la perspective du philosophe grec Aristote selon laquelle « il faut jouer pour devenir sérieux ».

Laisser un commentaire